Comment maintenir l’équilibre de l’eau d’une piscine

C’est à chaque fois le même rituel. On plonge les éprouvettes dans la piscine. On y ajoute des gouttes, on y mouille des bandelettes. Et on attend fébrilement le verdict. Trop acide, pas assez alcaline, trop de phosphate… maintenir l’équilibre de l’eau d’une piscine tourne parfois – souvent – au casse-tête. Or, sans cela, adieu les baignades dans une eau cristalline ! Pour y parvenir, trois paramètres – pH, alcalinité, dureté – doivent être maîtrisés. Comment ? En respectant quelques règles simples, que nous vous expliquons.

Pourquoi l’équilibre de l’eau est soumis à rude épreuve ?

L’équilibre de l’eau est très sensible aux agressions extérieures. Entendez par là tout ce qu’une activité dans une piscine et l’environnement proche peuvent amener. Crèmes solaires, déchets organiques, feuilles, poussière, insectes… modifient la composition de l’eau, qui plus est sous l’effet du soleil et de la chaleur. Pour y remédier, un entretien régulier est indispensable. Passage de l’épuisette, mise en marche du robot… et bien évidemment, le système de filtration qui, couplé à des produits désinfectants – chlore, sel… – maintiennent l’eau propre. Parfois pourtant, cela n’est pas suffisant. Notamment en période estivale, lorsque les températures grimpent et que la piscine est très fréquentée. Dans ce cas, la solution pour maintenir l’équilibre de l’eau va être d’agir sur les 3 paramètres – ph, alcalinité et TH – que composent la balance de Taylor. A quoi correspondent-ils ? Dans quel ordre doit-on les vérifier ?

taux bandelettes analyse eau piscine

1 – Contrôler le stabilisant et le TH

Le stabilisant – ou acide cyanurique – est un des composants du chlore de désinfection. Il permet de neutraliser une partie des UV, responsables de l’évaporation du chlore, et prolonge ainsi son pouvoir de désinfection. Seulement voilà. A la longue, le stabilisant s’accumule dans l’eau… et freine l’action du chlore. L’équilibre de l’eau de la piscine est mis à mal.

Avant de vider partiellement le bassin pour le remplir avec de l’eau « claire », il vous faut donc vérifier que le taux de stabilisant se situe bien entre 30 et 50 ppm idéal et un maximum de 100 ppm (ou mg/l).

Le titre hydrométrique (TH), lui, mesure la teneur en ions calcium et magnésium, c’est-à-dire le taux de calcaire dans l’eau. Un taux acceptable de TH se situe entre 8° et 20° (soit 80 mg/l et 200 mg/l). S’il est trop élevé, alors l’eau devient « dure ». En plus des dépôts qu’il laisse sur les parois du bassin et les différents éléments du système de filtration, le calcaire favorise un déséquilibre du pH de l’eau. Pour le faire baisser, il faut limiter l’évaporation des gaz carbonique dans l’eau. Ne pas actionner les jets d’eau et cascades si vous en avez, ni le système de nage à contre-courant. Vérifier que le refoulement n’est pas trop haut et qu’il ne provoque pas des remous de l’eau inutiles. Maîtriser la température de l’eau qui, lorsqu’elle est trop élevée, favorise l’évaporation des gaz carbonique. Rajouter de l’eau si nécessaire.

2 – Vérifier le TAC, rôle tampon dans l’équilibre de l’eau d’une piscine

TAC. Trois lettres pour titre alcalimétrique complet, ou alcalinité. Il mesure la quantité d’éléments minéraux dans l’eau d’une piscine, plus précisément le taux de carbonate et de bicarbonate. Pour un bon équilibre, le taux doit se situer entre 80 ppm et 120 ppm/l (ou 80 mg et 120 mg par litre). 

Que faire si le taux de TAC est trop bas ? Si c’est le cas, alors il faut ajouter 180g de correcteur d’alcalinité (ALCAPLUS de la gamme Piscines Ibiza) pour 10 m3 d’eau pour augmenter de 10mg le TAC. Attention à ne pas en mettre trop d’un coup. Le taux de TAC ne peut pas être abaissé par la suite. Mieux vaut le faire petit à petit, et vérifier le taux entre deux doses.

3 – Mesurer le pH

Le potentiel hydrogène pH mesure la concentration de l’eau en ions hydrogènes. Il peut varier de 0 à 14.

0 à 6 : l’eau est « acide ». Elle attaque les matériaux, irrite la peau et les muqueuses.

7 : c’est la concentration idéale. L’eau est dite « neutre » … et limpide comme de l’eau de roche.

8 à 14 : l’eau devient « basique ». Les produits désinfectants n’agissent plus suffisamment pour éliminer germes et bactéries. L’eau se trouble.

Taux de bicarbonate et de carbonate, quantité de sels de calcium et de magnésium sont autant de facteurs qui peuvent le faire varier. Pour rétablir le taux de pH de l’eau d’une piscine, qu’il s’agisse de le faire baisser ou de l’augmenter, il est parfois nécessaire d’utiliser des produits correcteurs de pH. 

Chez Piscines Ibiza, nous vous conseillons de maintenir un pH entre 7,2 et 7,4 en utilisant les produits pH+ ou pH- de notre gamme. Un taux idéal pour préserver le revêtement en gelcoat de votre piscine coque.

mesure ph eau piscine

4 – Maintenir un taux de phosphate bas pour un bon équilibre de l’eau

Un taux de phosphate trop élevé se voit rapidement : il favorise la prolifération des algues vertes sur les parois du bassin. Inutile de préciser que dans ce cas, l’équilibre de l’eau est à réajuster.

Pour vérifier que le taux reste bien inférieur à 100 ppb (10 g de phosphates pour 100 m3 d’eau), vous pouvez utiliser des bandelettes ou un test électronique. Si le taux est trop élevé, il conviendra d’avoir recours à la solution anti-phosphate Piscines Ibiza.

Une fois ces quatre étapes vérifiées, vous pourrez mesurer le taux de désinfectant. Enfin, sachez que pour faciliter le maintien du bon équilibre de l’eau d’une piscine, vous pouvez l’équiper d’un correcteur automatique de pH. Quoi qu’il en soit, nous vous conseillons de renouveler, à raison d’une fois par an, 1/3 de l’eau de votre bassin.